Club De Tire Bouskoura

Club De Tire Bouskoura

0. PRINCIPES D’AMÉNAGAMENT PAYSAGER
Le rôle des aménagements extérieurs est prédominant à l’échelle du projet : de l’organisation du plan masse au système d’accèssibilité et circulation interne, de l’impact des surfaces végétalisées à l’attention au cadre paysager forestier, qualitatif et sensible, dans lequel le projet s’inscrit. La réfléxion paysagère, dans ce sens, n’a pas été limitée à un traitement esthétique des espaces extérieurs, mais elle a participé à la construction du plan masse et à la définition des principes de base du projet, dès le début : – l’importance de l’intégration du projet au contexte paysager de qualité : le projet ne réprensente pas une rupture, qui s’impose sur l’existant, mais une continuité avec la Forêt de Bouskoura, dans les formes, dans le choix des matériaux, dans la définition de la palette végétale. – le respect de la topographie existante, afin d’éviter de bouleverser le terrain avec des travaux de terrassement très invasifs. – la sauvegarde des traces de l’histoire du site : le mur de clôture et les murets en pierre locale existants, dispersés sur le terrain. – la valorisation des éléments floristiques et géologiques du site : les roches affleurantes, la prairie spontanée de Chamaerops, les anciens sujets d’Acacia, le volume arboré de la forêt autour.

– l’attention à la qualité environnementale dans le choix des espèces végétales (locales ou adaptée à la zone), dans la définition de la palette minérale du projet (naturel ou à faible impact sur l’environnement), dans la limitation des besoins en eau d’arrosage des surfaces plantées et dans la volonté de priviléger des solutions d’éclairage à alimentation solaire, là où cela est possible. – la gestion raisonnée des eaux pluviales, bien que délicate dans un tel projet, offre une opportunité d’animation des aménagements paysagers.

1. LES CARACTÉRISTIQUES DU SITE
Le site offre des grandes opportunités pour la qualité et la réussite des objectifs du projet, à partir de sa localisation, en proximité de la première périphérie de Casablanca. Il s’agit d’une clairière dans le cadre de la Forêt de Bouskoura : un échantillon de flore spontanée de cette région du Maroc, sur un sol modélé par des roches claires, affleurantes parmi les touffes de Chamaerops. Ponctuellement, on retrouve des sujets très vieux d’Acacia, tordus, parfois à moitié tombés, qui donnent un effet dramatique au site. Tout autour, les grands arbres de la forêt définissent la perception du terrain comme isolé de la ville et des villages environnants, immergé dans le milieu naturel. A sa qualité paysagère, on rajoute l’intêret pour l’histoire anthropisée du site, marqué par une trame d’ouvrages en pierre locale, traces de son passé, de sa valeur technique-artisanale et testimoniale.

2. ACCESSIBILITÉ ET CIRCULATION
Le projet est accessible depuis deux entrées : une pour le Club Social de Loisirs et une pour le Club de Tir. Afin de limiter l’impact du projet sur la qualité paysagère du site, la circulation des véhicules des visiteurs et les parkings sont concentrés à la périphérie du site, en proximité des deux entrées et en correspondance du tracé des pistes existantes.
Les zones de stationnement ont une composante végétale très importante, avec des plantations arbustives volumineuses et au moins un arbres tous les trois places de parking. L’objectif est, d’un coté, d’assurer l’ombrage des voitures et, de l’autre, de limiter le plus possible l’impact visuel du parking depuis les zones à vivre du projet. Dans les cas les plus sensibles, comme les stationnements adjacents au jardin de la salle polyvalente, la création d’un léger modelé surelevé à niveau des terrassements, planté d’arbres et d’arbustes, permet d’isoler complètement le jardin du parking.
La piste de service d’accès limité au personnel trace la boucle du site et permet d’accèder aux zones tehcniques des bâtiments.
3. CIRCULATION DOUCE
Si la circulation carrossable est limitée à la périphérie, c’est la circulation douce, à pied ou à vélo, qui permet de se déplacer à l’intérieur du site. Une série de parcours, de forme plutot structurée, assure l’accès aux bâtiments (de manière séparée entre visiteurs et personnel), à la piscine, aux terrains de sport et à la zone de tir extérieure. La connection entre le Club Social de Loisirs et le Club de Tir se fait à travers la zone paysagère, avec des cheminements de forme plus naturelle, adaptés à la topographie et à la végétation existante. Dans cet esprit, le projet prévoit un parcours principal de longueur de 1.2 km, praticable à pied et à vélo, structuré sur 12 arrêts fitness pour l’exercise physique le long du circuit. A l’intérieur de cette boucle, on retrouve un sentier secondaire, praticable à pied ou en VTT, qui permet de traverser la zone paysagère en sens transversal et de passer d’un côté à l’autre du parcours fitness. Ce sentier propose aussi un système de signalétique botanique de découverte de la flore locale. Partout, dispersées à plusieurs endroits du site, les visiteurs peuvent profiter de zones de repos, équipées de bancs et de fontaines abreuvoirs, situées parfois dans des zones ombragées, immergées dans la végétation, et parfois dans des emplacements plus exposés : ces coins de détente assurent des points de vue sur la beauté du site, sur la piscine ou bien sur les terrains de sport. Parmi ces zones de repos, trois neuds principaux : la placette de la fontaine d’accueil, la placette du belvédère et l’esplanade de la pétanque.

4. TRACES DU SITE INTEGRÉES AU PROJET
Le site présente plusieurs traces de son histoire, conservées dans la mémoire des ouvrages en pierre locale qui marquent le terrain. Ces éléments ont une valeur testimonale importante, que nous avons décidé de préserver dans le cadre de notre proposition de projet, dans le pur respect du site. Ces traces sont valorisées et intégrées aux aménagements paysagers et architecturaux : – le mur de clôture, avec ses arcades régulières, est conservé et mis en valeur ; – les murets en pierre, en soutènement de la piste périphérique au site, sont maintenus ; – la série de murets en pierre, enterrés dans la partie basse du site, est gardée presque en totalité et elle est réprise comme bordures des cheminements et des trottoirs ou comme délimitation du canal d’évacuation des eaux pluviales. Là où ces murets existants rentrent dans l’emprise des bâtiments, le revêtement intérieur est traité afin d’en marquer la trace au sol. Le schéma à droite montre l’impact de ces éléments, très présents sur site, surtout dans la zone du Club Social de Loisirs, où ils ont guidé l’organisaion des terrains de sport et la trame de la circulation douce du plan masse.

5. ÉLÉMENTS D’EAU ET GESTION DES EAUX PLUVIALES
L’élément d’eau principal du projet est la grande piscine, dessinée comme un lagon, de forme naturelle et organique, tout en intégrant une piscine semi olympique de 25m de long et une pataugeoire pour enfants. Elle est emplantée dans la grande zone escavée existante, afin d’éviter des travaux de terrassement ultérieurs et d’intégrer les roches affleurantes existantes.
La fontaine d’accueil, à l’entrée du Club Social de Loisirs, est un point de mise en scène du projet : elle est composée d’un bassin, en alignement avec le réseau d’évacuation d’eaux pluviales, et d’une trame de jets d’eau intégrés au sol minéral de l’esplanade en prémier plan de la salle polyvalente. Le bassin guide le regard des visiteurs vers le couloir couvert de distrubution des bâtiments du club et vers la longue perspective sur le parc de la zone paysagère. Les jets d’eau créent un effet de dynamisme et d’animation de la placette d’accueil, qui sera équipée de bancs, afin de profiter de cet espace de fraicheur pendant la saison chaude.
La fontaine, sous un point de vue visuel, est aussi l’achèvement du système de gestion des eaux pluviales du site. Cet aspect technique du projet demande une attention particulière, en raison de la topographie du site (Club Social de Loisirs en point bas, avec un risque d’inondation) et de la nature du sol (très rocheux, il limite enormemant l’infiltration naturelle des eaux pluviales dans le sol et il favorise au contraire le ruisellement superficiel). L’aménagement de la zone paysagère prevoit de guider le trajet pracouru par les eaux pluviales en surface, en réalisant un fossé adapté à la pente naturelle du site, creusé afin découvrir les rochers existants. Dans la zone du Club Social de Loisirs, ce fossé devient un vrai canal, qui s’ouvre sur un bassin triangulaire plus grand, pour la rétention des eaux en cas de fortes pluies. En suite, le canal longe le couloir couvert de distribution des bâtiments du club. Dans cette configuration et au contraire de la fontaine d’accueil, le fossé et le canal ne seront en eau qu’au moment des pluies. Ils seront donc aménagés en sorte d’avoir un effet esthétique pendant toute l’année. Le fossé aura l’aspect d’un ruisseau naturel sec au fond rocheux et il courera, en formant des petits méandres, entre les touffes de Chamaerops de la prairie spontanée. Le canal et le bassin de rétention auront un fond de gros galets locaux et ils seront plantés par endroits d’espèces végétales semi aquatiques, adaptées aux zones humides. A niveau de la fontaine d’accueil, le canal des eaux pluviales devient un collecteur enterré, qui passe au dessous du bassin de la fontaine et qui permet d’évacuer les eaux à l’exterieur du site, au-delà du portail d’entrée au Club Social de Loisirs.

6. PALETTE VÉGÉTALE
Les principes généraux de respect du site, d’intégration au cadre environnemental et d’attention à la durabilité ont été la base de réflexion pour la séléction des éspèces végétales du projet.
Les gros sujets sont localisés surtout en périphérie du site, en continuité avec le boisement de la Forêt de Bouskoura. Parmi les gros sujets, les Eucalyptus et les Schinus constituent les arbres de première grandeure et ils créent la masse boisée du projet. Des arbres fleuris caractérisent ponctuellement les différentes zones du projet : – le rouge des Erythrinas pour le jardin de la salle polyvalente ; – le violet des Jacarandas pour la zone des terrains de sport ; – le blanc et la parfum doux des Nefliers aux alentours de la piscine du Club Social de Loisirs et du restaurant du Club de Tir ; – le jaune des Acacias le long du parcours fitness de la zone paysagère.
La strate arbustive de nouvelle plantation est structurée par niveaux (arbustes grands, moyens et petits) et elle est localisée surtout dans les deux zones d’exploitation du projet (Club Social de Loisirs et Club de Tir), en plus de quelques poches ponctuelles de la zone paysagère, à accompagner le parcours fitness. Le choix de limiter les zones arbustives de nouvelle plantation trouve sa raison d’être dans le respect du site : à cause du type de sol (très rocheux, avec une couche de terre végétale très limitée), chaque nouvelle plantation demandera un apport en terre végétale et donc une modification de la topographie du site. Les espèces végétales proposées pour la strate arbustive sont adaptées aux site, à son climat et à son contexte paysager. Des Genêts blancs et jaunes, des Lauriers, des Cistes et des arbustes verts du maquis local se mélangent à une collection de bulbeuses à petite fleur. Les couleurs des différentes floraisons vont s’alterner de saison en saison, pour animer les jardins à chaque visite. Nous avons volontairement exclu toute espèce de graminées ou de plante de comportement envahissant, afin d’éviter le risque de contamination du milieu naturel existant.
Les surfaces engazonnées, qui demandent plus d’entretien et plus d’eau d’arrosage, sont concentrées là où il est vraiment nécessaire pour des raisons d’utilisation de la part des visiteurs : autour de la piscine, dans le jardin de la salle polyvalente et dans le jardin des tentes caidales. Des plantes succulentes en couvresol sont utilisées pour créer des zones dégagées, sans excéder avec le gazon et par conséquence sans alourdir sur les travaux d’entretien. Les surfaces en couvresol font aussi la transition entre le gazon et la prairie spontanée.
Cette dernière est conservée dans la pluspart de la zone paysagère : la prairie spontanée répresente le modèle de sous-bois de cette région du Maroc, avec l’association entre une strate hérbacée mixte, les touffes permanentes de Palmiers nains et les touffes saisonnières d’Asphodèles. A ce sujet, le projet prévoit de préserver et de renforcer cette configuration naturelle, très scénographique, de clairière rocheuses dans la Forêt. Un sentier botanique traverse la prairie et il offre aux visiteurs l’opportunité de découvrir la flore locale spontanée, grace à une série de panneaux d’information botanique.

7. PRINCIPES D’ARROSAGE
Les aménagements paysagers ont été réfléchis tenant compte du besoin en eau des plantations. La séléction d’espèces végétales, locales ou adaptées, la limitation des surfaces engazonnées et la conservation de la plus part de la prairie spontanée de la zone paysagère permettent de limiter de manière importante l’arrosage nécessaire à l’entretien du parc et des jardins du projet. Les zones qui nécessitent d’un arrosage permanent sont limitées aux surfaces en gazon et aux plantations arbustives du Club Social de Loisirs et du Club de Tir, en raison du traitement végétale plus riche et qualitatif par rapport au reste du site. La zone de prairie, en étant spontannée, est autonome et elle ne demande aucun arrosage autre que l’apport hydrique des pluies. Concernant les plantations arbustives de la zone paysagère, ça sera suffisant de prévoir des clapets vannes péripheriques, afin d’assurer la possibilité d’arrosage manuel, en cas de saisons exceptionnellement chaudes et sêches : dans des conditions normales et une fois dépassée la première phase d’installation des plantes, ces surfaces seront autonomes de la même manière que la prairie spontanée.

8. PALETTE MINÉRALE
Les matériaux de revêtements de sol extérieurs sont essentiellement de deux types : le sable stabilisé pour la voirie carrossable, les zones de stationnement et une partie des cheminements ; le béton brut pour le reste des cheminiments. Le sable stabilisé est un revêtement naturel pour composition et pour rendu esthétique. Il permet la réalisation de pistes intégrées dans le cadre champêtre du site de projet. Le béton brut assure un aspect rustique des cheminements et il garantit une grande adaptabilité à la topographie du site. La compénétration entre béton, traces des murets en pierre existants et roches affleurantes crée des effets de charisme contemporain, respectueux de la nature du site. Le revêtement intérieur de la piscine sera aussi un mélange de ciment et granulats de quartzite (type Diamond Brite ou équivalent), en raison de sa soupplesse en phase de mise en oeuvre et de la possibilité d’intégrer les roches affleurantes existantes.

Dès l’entrée au Club Social de Loisirs, la fontaine à jets d’eau accueille les visiteurs dans une ambiance fraiche et verdoyante. Les stationnements sont distribués le-long de la piste périphérique, à l’ouest et au sud du club. En plus de cela, deux autres zones de parking ont été prévues : une en proximité du complexe de bâtiments nord et une adjacente à la salle polyvalente, afin d’anticiper les flux d’utilisation du site. Depuis la place de la fontaine, les couloirs couverts permettent l’accès aux bâtiments, alors que une trame structurée de cheminements assure la circulation à l’intérieur du club et l’accès aux terrains de sport, organisés dans la zone sud du club et noyés parmi les volumes d’arbres et d’arbustes de nouvelle plantation : 8 terrains de tennis, 2 terrains multisport, 2 terrains de minifoot et 10 terrains de pétanque. Ces derniers sont disposés à l’intérieur d’une grande esplanade en sable stabilisé, ombragée grâce aux alignements d’arbres de Schinus et équipée de bancs. Au coeur du club, on retrouve la piscine avec sa pataugeoire, au centre d’un jardin dégagé, planté essentiellement en gazon, couvre sol et quelques bosquets de Nefliers parfumés. Les vestiaires sont enterrés et leur couverture est traitée en toiture végétalisée. Sur le côté sud de la salle polyvalente, nous avons proposé une surface engazonnée, marquée par quelques arbres fleuris très imposants. Cet espace a été pensé pour être exploité en cas d’évènement, en liaison à la salle polyvalente.

L’entrée au Club de Tir est implantée au sud du site et elle est axée avec la piste existante, qui sépare la zone du club et la zone paysagère. Cette piste est conservée dans la proposition de projet : elle permet d’atteindre les zones de stationnement et les entrées de bâtiment. A l’est de l’entrée, ça s’étale la zone de tir extérieure qui, en raison des normes et des distances de sécurité, occupe la plupart de la surface dédiée au club. À la limite sud, un talus planté d’arbustes et d’arbres d’Eucalyptus permet de relier le niveau du projet et le terrain naturel. Ce talus devient aussi l’occasion pour intégrer des gradins, placés en correspondance des pas de tir, afin de permettre aux spectateurs d’assister. Les zones des pas de tir sont engazonnées et l’esplanade entre ces dernières et la butte de sécurité est aménagée en prairie, afin de laisser cet espace complètement dégagé et de libérer le champ de tir. La butte de sécurité est placée à 100 m de distance des pas de tir, conformément aux reglèments officiels, et elle atteint une hauter entre 10 et 15 m. L’arrière de la butte est planté d’arbustes et d’arbres divers, ainsi que les zones environnantes l’académie de tir et le restaurant. Seul le jardin des tentes caidales est traité en gazon afin d’offrir une zone ouverte, apte à accueillir des évènements en extérieur.

La zone paysagère entre le Club Social de Loisirs et le Club de Tir constitue la vraie zone naturelle du projet, en raison de ses qualités environnementales et paysagères à préserver. L’impact architectural est pratiquement absent et la belle prairie spontanée, envahie par les roches affleurantes, reste la protagoniste de l’aménagement paysager de la zone. Les nouvelles plantations sont limitées aux bandes en lisière du site et à quelques poches végétalisées le-long des cheminements. Les arbres d’Eucalyptus viennent pénétrer le site de projet, en continuité avec le boisement de la forêt environnante et associés à des arbres de taille plus réduite, comme les Schinus terebinthifolius et les Acacias. Les arbustes du maquis local et les bulbeuses participent à l’image de la prairie de palmiers nains et d’Asphodèles : les Lauriers, les Genêts, les Myrtes, les Cystes et les Lentisques en rappel des touffes de Chamaerops ; les Dietes et les bulbeuses à petite fleur en rappel des Asphodèles.
Le ruisseau rocheux de récupération des eaux pluviales démarre dans la partie haute de la zone paysagère. Pendant qu’il descend vers le canal du Club Social de Loisirs, il suit la topographie et il adapte son tracé aux touffes de végétation et aux émergences des rochers existants.
Le parcours fitness (12 arrêts pour l’exercice physique diversifié, sur un circuit de 1.2 km) trace une boucle principale à l’intérieur de la zone paysagère. À plusieurs endroits, il est relié à la piste de service en lisière du site et au sentier botanique.
Une déviation de ce parcours permet d’arriver à la place du belvédère : une esplanade circulaire, implantée sur le point le plus haut de la zone paysagère et dominée par un bâtiment en tour, qui offre aux visiteurs une vue profonde sur l’ensemble du projet depuis sa terrasse en toiture. Ce bâtiment pourra être utilisé aussi comme réservoir d’eau destinée à l’arrosage des plantations. Deux blocs de sanitaires et de stockage du matériel de jardinage ont été prévus, un côté nord et un côté sud de la zone paysagère.

Catégorie :

Concours D’idées